LINEN IS THE FUTURE

Le lin, cette fibre longtemps décriée pour sa connotation baba-cool et son agaçante propension à se froisser, est LA fibre d’avenir. Elle connaît aujourd’hui un retour en grâce en particulier dans le domaine du textile de maison. Elle s’affiche tissée avec un effet “lavé-froissé” sur tous les stands de Maison&Objet et Première Vision, prônant un retour salvateur au naturel, et à la fin des plaids en polaire polyester. Mais le lin gagne à être connu pour l’ensemble de ses qualités. En effet, cette matière rassemble des vertus nécessaires à la poursuite de nouvelles créations et productions sur notre planète en danger.

 

 

D’origine européenne, la culture du lin est une culture de proximité: elle ne s’exporte pas. En cause, les conditions météorologiques et les terres favorables à la pousse de cette plante.

    Cette fibre possède également de nombreux atouts: ne produisant pas de déchets, nécessitant peu d’engrais, elle se suffit à elle-même puisqu’elle pousse dans des régions humides dans lesquelles les précipitations sont suffisantes, au contraire du coton classique, dont la culture est une catastrophe écologique. Le lin est fondamentalement bio, et toute la plante est valorisée. Par exemple, son huile est utilisée pour la fabrication du linoleum, ses graines riches en oméga 3 servent à l’alimentation. La fibre de lin régule naturellement la température, et elle est également un isolant naturel.

    La France est le premier producteur de lin, et l’impossibilité d’exportation de la culture en dehors de l’Europe représente pour le futur un atout majeur. Même si aujourd’hui plus de 80% des récoltes partent en Chine pour être transformées en textiles, les possibilités ouvertes par l’utilisation de la fibre dans des domaines très divers, sont extraordinaires. En effet, pour se libérer de la dépendance au marché chinois, les producteurs européens se tournent vers l’industrie. Celle-ci redécouvre les multiples possibilités offertes par cette fibre renouvelable, légère et résistante, aux grandes propriétés acoustiques et thermiques.

    Aujourd’hui dans l’Hexagone, plus de 45 programmes de recherches sont en cours pour inventer de nouveaux moyens de tirer partie de cette fibre. Ainsi, on la trouve sous divers formes, aussi bien dans des raquettes et des skis, que dans des sièges d’avions, le bâtiment, la plasturgie ou encore le nautisme et la papeterie.

    Les gains à venir pour les industries française et européenne sont importants, et les propriétés renouvelables de cette fibre sont une véritable force dans le développement de nouvelles technologies face aux problématiques actuelles.

 

 

L’enjeu aujourd’hui consiste à ouvrir à nouveau des usines de tissage spécialisées dans le lin en Europe, et à favoriser la recherche dans ce domaine. Les propriétés industrielles de cette fibre ont beau être intéressantes, il est également nécessaire de valoriser ses atouts dans le textile, et de transformer un marché terriblement polluant.

    Le lin étant la plus ancienne fibre du monde de la mode, elle est aussi la plus moderne compte tenu de ses qualités écologiques, et ses quelques défauts, comme sa raideur ou le fait qu’il se froisse, peuvent être des prétextes à la création. On voit par exemple  des jeunes marques qui pratiquent l’upcycling et créent grâce aux contraintes qu’elles se sont fixées, comme Gaëlle Constantini ou Reformation. Ainsi le processus de développement devient plus amusant lorsqu’il possède des limites. La création d’une étoffe, d’un vêtement, d’un objet, d’une collection, n’en est que plus exaltante avec des contraintes, et les champs d’exploration sont encore immenses.

    La culture exigeante du lin en fait également un produit haut-de-gamme, précieux. Elle nous ramène à un respect du beau produit et de l’excellence, l’importance de la valorisation et revalorisation des matériaux nobles. Elle nous rappelle d’abandonner un mode de vie basé sur le jetable.

 

 

Nous possédons ainsi, en France, une carte majeure à jouer dans le développement des matériaux du futur. Parcourir les dernières nouvelles concernant l’innovation textile dans l’Hexagone permet de se rassurer, mais il reste tellement à faire, notamment pour faire revenir le tissage, et offrir une véritable diversité de qualités. Let’s play.